Coup d’envoi de la Biennale Réseau Entreprendre à Bruxelles

Nous poussons les portes du Palais des Beaux-Arts et pénétrons au cœur d’une véritable fourmilière : Bruxelles s’apprête à accueillir la Biennale Réseau Entreprendre. Cette cinquième édition, qui se tient pour la première fois au-delà des frontières françaises, propose trois journées de conférences organisées pour les membres du réseau, à savoir des chefs d’entreprise chevronnés et de jeunes entrepreneurs en demande de conseils et d’accompagnement. Un événement biannuel incontournable riche en rencontres et en nouvelles idées auquel est également invité un large panel de chefs d’entreprise issus des quatre coins de l’Europe.

Grégoire de Streel, ancien président de Réseau Entreprendre Bruxelles, pilote l’événement. Il nous emmène dans les coulisses de l’organisation et revient pour nous sur l’histoire de ce réseau d’entraide entrepreneuriale actif depuis 30 ans.

Grégoire de Streel

« Réseau Entreprendre est un réseau d’entrepreneurs chevronnés qui œuvrent dans l’accompagnement de jeunes chefs d’entreprise pour leur permettre de booster leur projet et consolider leurs talents d’entrepreneur. Ce sont aujourd’hui 123 associations d’entrepreneurs réparties dans dix pays et composées chacune de 150 membres »

Grégoire de Streel

« Le levier proposé par Réseau Entreprendre et ses parrains membres à Bruxelles permet à une nouvelle entreprise de rehausser ses chances de survie après trois ans de 65 % à plus de 90 % ! »

Quelle est la mission de Réseau Entreprendre ?

Réseau Entreprendre est, comme son nom l’indique, un réseau d’entrepreneurs chevronnés qui œuvrent dans l’accompagnement de jeunes chefs d’entreprise pour leur permettre de booster leur projet et consolider leurs talents d’entrepreneur. Ce sont aujourd’hui 123 associations d’entrepreneurs réparties dans dix pays et composées chacune de 150-200 membres.

En quoi consiste cet accompagnement ?

Nous proposons du « primo accompagnement » durant les trois premières années de vie d’une entreprise qui présente un réel potentiel de création d’emploi. La création d’emploi est notre ligne de conduite, le premier critère de sélection des candidats qui demandent à être coachés. Entre deux projets intéressants, nous privilégierons toujours celui qui crée de l’emploi.

Chez Réseau Entreprendre, les jeunes entrepreneurs sont accompagnés non pas par des consultants ou des théoriciens purs mais par des chefs d’entreprise confirmés, aux commandes de leur propre business. Des hommes et des femmes de terrain, qui ont vécu cette même expérience et qui sont prêts à consacrer une partie de leur temps précieux à de nouvelles initiatives. Ces « parrains » jouent un rôle de guide et de conseiller vis-à-vis de ces jeunes sans pour autant prendre des décisions à leur place.

Que se passe-t-il après cette phase d’envol ?

Les entreprises qui auront montré un vrai potentiel de croissance financière et de création d’emploi, pourront bénéficier d’une seconde phase d’accompagnement. Ce service créé à l’initiative de Denis Steisel, ancien président de Réseau Entreprendre, nous permet de garder le contact avec ces entreprises à haut potentiel pour les emmener vers des sommets. L’entreprise Brussels Beer Project en est un très bel exemple.

« Pour créer des emplois, créons des employeurs ». Cette citation résume-t-elle la genèse de Réseau Entreprendre ?

Réseau Entreprendre est né avec l’idée motrice de créer de l’emploi. L’histoire commence au moment de la fermeture de l’entreprise Phildar dans le nord de la France, il y a une trentaine d’années. Monsieur André Mulliez, désespéré de devoir mettre 800 personnes à la porte suite à la fermeture de son entreprise, eut l’idée de faire appel à son réseau d’entrepreneurs pour accompagner ces personnes, soudainement sans emploi, dans une reconversion professionnelle. Ces candidats n’avaient pas forcément la vocation de devenir des entrepreneurs. Néanmoins, l’idée était de les encourager à le devenir. Depuis 30 ans, Réseau entreprendre a créé ou permis de maintenir 100.000 emplois. A Bruxelles plus particulièrement, nous comptons 1.200 emplois créés depuis 2011.

L’envie croissante d’entreprendre chez les jeunes est-elle la seule explication au nombre grandissant de projets encadrés par Réseau Entreprendre ?

L’entrepreneuriat est dans l’air du temps. Il y a un nombre croissant de nouveaux dossiers qui nous sont proposés, essentiellement dans le domaine des nouvelles technologies. Les nouvelles initiatives dans le domaine du Food fusent également. Les métiers manuels quant à eux, comme la ferronnerie par exemple, sont aussi un domaine que nous soutenons dans la mesure où nous constatons un vrai savoir-faire et un potentiel de création d’emplois. De plus, nous sommes davantage connus auprès des jeunes entrepreneurs. La gratuité de nos services répond à une réelle demande des candidats et constitue véritablement notre leitmotiv.

Précisons cependant que notre indépendance est primordiale. Nous ne prenons aucune participation dans les entreprises que nous coachons et n’occupons aucune place au comité de direction ou d’administration.

Sur quelles régions du monde s’étend Réseau Entreprendre ?

Essentiellement en Europe : 90 % du réseau est basé en France, son pays d’origine, et s’est étendu vers les pays méditerranéens tels que l’Italie, l’Espagne, le Maroc, la Tunisie et bien sûr la Belgique où nous sommes aujourd’hui actifs dans les trois régions. Nous dépassons les frontière de l’Europe puisque nous développons en ce moment des projets en Suisse, au Chili et au Sénégal.

Une dimension internationale dont les candidats seront les premiers à profiter lorsqu’il s’agira d’exporter leur business et pour rencontrer leurs pairs à l’étranger. La force de Réseau entreprendre Belgique est notamment de créer des ponts entre le Sud et le Nord de l’Europe.

Combien de projets par an sont accompagnés par Réseau Entreprendre ?

À Bruxelles par exemple, l’organisation a commencé avec une dizaine de projets par an. Aujourd’hui, nous pouvons accompagner jusqu’à 25 projets sur une année parmi une centaine qui est présentée au comité de sélection. Ce comité composé exclusivement d’entrepreneurs expérimentés va suivre un processus de sélection bien rodé pour ne sélectionner que ceux pour lesquels un développement est possible avec une création d’emploi. Notre volonté n’est pas de casser des projets, mais d’encourager et soutenir l’entrepreneuriat. Même un projet non sélectionné sera réorienté, aiguillé vers d’autres acteurs adaptés.

Une success story à partager avec nous ?

Il y en a beaucoup qui me viennent en tête : Silver Square, Bonjour Maurice ou encore Generous. Generous est une entreprise qui produit des biscuits artisanaux sans gluten, le résultat de la rencontre de quatre personnes animées par la même passion, et confrontés à la même contrainte.

En les accompagnant, nous avons vraiment joué notre rôle de guide, de conseiller. Ces jeunes entrepreneurs sont partis de rien, une simple recette de biscuits à la main, pour être aujourd’hui aux commandes d’une entreprise solide.

Des projets futurs dans les caisses ?

La création d’une deuxième antenne dans le Nord de Bruxelles est un projet que nous aimerions réaliser afin de respecter notre limite maximale de 150 membres et ainsi garder l’esprit convivial et humain qui fait partie de l’ADN de Réseau Entreprendre. D’autres antennes pointeront le bout de leur nez dans les années à venir.

L’idée est de continuer à faire croître le nombre de projets. Cette montée en puissance n’est évidemment possible que par l’arrivée de nouveaux membres qui vont jouer le rôle de parrain. Leur temps, leur implication, leur expertise et leur réseau jouent un rôle majeur dans le lancement d’un nouveau projet. Un exemple significatif : le levier proposé par Réseau Entreprendre et ses parrains membres à Bruxelles permet à une nouvelle entreprise de rehausser ses chances de survie après trois ans de 65 % à plus de 90 % !

Video
E-card

Your name

Your e-mail address

Name receiver

E-mail address receiver

Your message

Send

1