Cinq raisons pour lesquelles l’économie mondiale va ralentir

Pour l’instant, l’économie mondiale reste robuste d’un point de vue cyclique. Diverses raisons laissent cependant supposer que la croissance relativement forte des deux dernières années va perdre de sa vigueur. Nous les énumérons pour vous.

 

Imprimer l'article

Hans Bevers

Chief Economist

Résorption de la surcapacité

Aujourd’hui, la surcapacité massive résultant de la Grande Récession s’est en grande partie résorbée. Les estimations à cet égard ne sont pas évidentes, mais selon la plupart des institutions internationales, l’écart de production (la différence entre l’activité économique réelle et l’activité économique potentielle) est presque entièrement comblé dans la plupart des régions. Logiquement, cela signifie que la marge de rattrapage économique a considérablement diminué.

Source : OCDE

Resserrement progressif de la politique monétaire

En septembre, le président de la Fed, Jerome Powell, a relevé les taux d’intérêt directeurs à 2,25 % ; il s’agissait de la troisième hausse cette année et de la huitième depuis le début du cycle de hausse des taux d’intérêt, qui a débuté fin 2015. La Fed est bien partie pour les relever une fois encore cette année, et les hausses devraient rester à l’ordre du jour l’an prochain. Cette hausse des taux d’intérêt directeurs réels devrait commencer à peser sur l’activité économique au fil du temps. En Europe, la politique monétaire reste extrêmement souple jusqu’à nouvel ordre.

Source : Holston-Laubach – Willimas – US Federal Reserve Bank

Effet de reflux du stimulus budgétaire américain 

L’économie américaine se trouve dans une phase d’expansion cyclique. Les indicateurs de confiance frôlent des sommets, l’activité économique aux 2e et 3e trimestres a dépassé les 3 % et le taux de chômage est retombé à des niveaux historiquement bas. La décision de Trump d’assouplir la politique budgétaire n’y est évidemment pas étrangère. Il est vrai que l’effort principal de ce stimulus portera sur 2018. L’effet refluera au cours des années suivantes.

Source : Peterson Institute for Internationale Economics

Ralentissement de l’économie chinoise

La croissance du crédit chinois ralentit depuis un certain temps, sans que cela n’ait encore eu d’impact significatif sur la croissance, du moins selon les chiffres officiels. On peut toutefois douter que les choses en restent là : par le passé, les ralentissements de la croissance du crédit se sont toujours accompagnés d’un ralentissement de l’activité économique. Le gouvernement chinois a déjà pris des mesures de relance monétaire et budgétaire pour anticiper la situation, mais celles-ci sont susceptibles d’avoir un impact retardé.

Source : Capital Economics

Tensions commerciales mondiales 

Bien entendu, la menace du protectionnisme, toujours plus forte, ne contribue pas à stimuler la croissance. Trump a imposé des taxes douanières à l’importation sur l’acier et l’aluminium, a fait capoter le sommet du G7 au Canada, et a taxé les produits chinois à concurrence de 250 milliards de dollars américains. L’avenir n’est pas clair, mais quoi qu’il en soit, les indicateurs de confiance suggèrent une baisse de régime de la croissance du commerce mondial.

Source : CPB, Ifo WES
Video
E-card

Your name

Your e-mail address

Name receiver

E-mail address receiver

Your message

Send

1