Wealth ReviewHiver 2019

Nederlands  |  Français

Gestion des fonds patrimoniaux : philosophie et stratégie 2019

Solution efficace pour aborder la gestion de portefeuille chez Degroof Petercam, les fonds patrimoniaux sont gérés selon l’approche « long term value ». En ce début d’année, Jean-Marc Turin, responsable de l’équipe de gestionnaires des fonds patrimoniaux, passe en revue les décisions d’investissement prises dans les fonds patrimoniaux en 2018 et commente la stratégie prévue pour 2019.


Jean-Marc Turin

Head of Fund Management

Un fonds patrimonial (multi-assets) investit dans les différentes classes d’actifs et sur différentes zones géographiques à travers le monde. Il s’agit donc en une seule ligne d’un portefeuille globalement diversifié en actions et en obligations et ce tant sur l’Europe, les États-Unis, le Japon que dans les marchés émergents. Différents profils de risque sont disponibles. Pour les différents profils, le point neutre actions/obligations est fixé à un niveau déterminé, du moins risqué au plus risqué, pour offrir un couple rendement/risque qui corresponde au besoin de chaque investisseur. Autour de ce point neutre, l’allocation entre actions et obligations ainsi que la pondération des différentes régions varie en fonction de la stratégie du groupe Degroof Petercam. Les fonds patrimoniaux reflètent donc en permanence les anticipations et la vision de notre groupe sur l’évolution des marchés financiers.

Quelle est l’approche de Degroof Petercam ?

La philosophie d’investissement est basée sur notre approche « long term value » qui s’appuie elle-même sur deux observations.

Premièrement, pourquoi « long term » ? Le point de départ de cette approche est que les marchés financiers sont trop volatils à court terme pour être prévisibles tandis que sur le long terme, les fondamentaux prennent le dessus. Il convient donc d’investir pour le long terme et d’accepter une dose de volatilité. En d’autres mots, il faut accepter qu’à certains moments, le prix d’un actif en bourse s’écarte fortement de sa valeur intrinsèque.

Deuxièmement, pourquoi « value » ? L’histoire nous a montré que le prix qu’on paie pour un actif est déterminant pour le rendement qu’on peut en attendre. ‘Value’ signifie qu’on achète des actifs qui traitent à un prix inférieur à leur valeur intrinsèque et qu’on vend ces actifs lorsqu’ils traitent à un prix supérieur. La difficulté est évidemment de déterminer cette valeur intrinsèque et c’est là qu’intervient le travail de nos analystes et experts. L’analyse fondamentale intègre d’une part les perspectives macroéconomiques et monétaires globales et d’autres part, la dynamique particulière d’une entreprise, d’un secteur d’activité ou d’un pays. Chez Degroof Petercam, nous investissons beaucoup dans la recherche car nous sommes convaincus que c’est la qualité de l’analyse qui fait la différence sur le long terme.

Cette philosophie est mise en œuvre au travers de comités d’investissement où nos experts (économistes, analystes et gestionnaires de fonds) débattent pour déterminer la stratégie d’investissement. En pratique cela revient à déterminer, pour les différents profils, l’amplitude des déviations que nous prenons par rapport au point neutre sur les différentes classes d’actifs et zones géographiques en fonction de notre lecture des marchés.

Quelles sont les décisions qui ont été prises dans les fonds patrimoniaux en 2018 ?

Un dernier trimestre particulièrement chaotique est venu conclure une année difficile pour les marchés. C’est le paradoxe de cette année 2018 qui aura vu les entreprises américaines afficher une forte croissance de leurs bénéfices boostés par la réforme fiscale, et dans le même temps un marché en baisse. Au sein des fonds patrimoniaux, la principale décision que nous avons prise cette année fut de passer sous-pondérés en actions, pour la première fois depuis longtemps, à partir de fin juin. À ce moment-là, l’escalade des tensions commerciales nous a fait craindre un ralentissement de l’économie mondiale. Cette réduction du risque nous a aidés dans la deuxième partie de l’année. Vu l’ampleur de la baisse des marchés actions au quatrième trimestre, cela n’a évidemment pas suffi pour éviter de terminer dans le rouge. Même si ce n’est qu’une maigre consolation, nos performances relatives sont néanmoins assez bonnes en comparaison avec la concurrence belge ou européenne.

Quel est le positionnement adopté pour 2019 ?

L’art de la gestion de portefeuille consiste à optimiser le couple rendement/risque pour offrir un rendement attrayant si le scénario central est correct, tout en restant suffisamment équilibré pour résister si c’est un autre scénario qui se réalise. Dans le contexte actuel, entre d’une part, une correction des marchés avec des valorisations désormais en-dessous de la moyenne historique et d’autre part de l’incertitude sur les perspectives de croissance économique mondiale (ralentissement ou récession), la construction d’un portefeuille robuste prend davantage d’importance encore. C’est ce que nous cherchons à faire.

Concrètement, même si nous conservons un positionnement prudent, les actions gardent une place importante dans les portefeuilles car elles offrent toujours, à ce stade, la meilleure rémunération du risque pour l’investisseur de long terme qui peut accepter une dose de volatilité. Les valorisations améliorées offrent des opportunités d’achat, même si nous ne précipitons pas pour investir nos liquidités au moment où les attentes de croissances bénéficiaires sont revues à la baisse. Au sein de la poche actions, nous avons renforcé l’exposition aux sociétés à bonne visibilité au détriment de la part indexée pour améliorer la résilience. À côté de la poche actions, nous conservons un socle d’obligations (étatiques et d’entreprises) de première qualité. Malgré les taux bas, la corrélation demeure en effet toujours négative entre les actions et les emprunts d’État ce qui signifie qu’en les combinant, on réduit le risque du portefeuille global. Enfin, nous maintenons d’autres actifs décorrélants tels que les options put, le dollar et l’or.

La volatilité devrait rester élevée avec des mouvements erratiques à court terme. Même si nous avons des convictions, nous privilégions toujours une approche disciplinée et graduelle. Construire un portefeuille diversifié et robuste plutôt que de faire des mouvements de grande ampleur au gré des girations du marché. C’est selon nous la meilleure stratégie pour amortir ces chocs de volatilité et offrir un rendement attrayant sur le long terme.

Comment utiliser au mieux nos fonds patrimoniaux ?

1. Bien choisir son profil de risque. C’est le plus important pour éviter de devoir réduire la voilure à un mauvais moment parce qu’on aurait choisi un profil avec un niveau de volatilité (et donc de possibles moins-values à court terme) supérieur à ce qu’on peut réellement tolérer.
2. Avoir une vue à long terme. C’est le meilleur moyen de rester serein lors des périodes de turbulences.

Video
E-card

Your name

Your e-mail address

Name receiver

E-mail address receiver

Your message

Send

1